17/10/2011

Un Front uni pour vaincre les forces de la réaction et du salafisme

Compte tenu de son parcours et de son engagement, Béji Caïd Essebsi devra prendre l'initiative, après l’achèvement de sa mission en tant Premier Ministre de la transition, de rassembler dans un front uni toutes les sensibilités républicaines et progressistes, contribuant ainsi à l'émergence d'un courant politique puissant, convaincu, capable de résister aux courants politiques conservateurs cherchant à balayer les acquis de notre héritage avant-gardiste commun et rayer à jamais les grandes figures du réformisme tunisien.
Bourguiba a transformé « une "poussière d’individus" en une Nation unie grâce à un projet émancipateur et républicain touchant l’ensemble de la société et en particulier la femme tunisienne. Cet acquis est menacé par les forces  wahabistes. 

Aussi, les compagnons de Bourguiba d’hier ont une responsabilité aujourd’hui, celle de dresser un barrage contre ce mouvement rétrograde salafiste qui risque de déstabiliser le processus du changement et nous ramener au case départ, autrement  à une poussière d’individus. Béji Caïd Essebi, Ahmed Ben Salah, Rachid Sfar, Mustapha Filali et tant d'autres,  figures authentiques du bourguibisme, sont à même d’organiser ce réveil bourguibien, acte fondateur d’une Tunisie nouvelle : avant-gardiste, réformatrice et surtout démocratique.