07/12/2011

Et si la Constituante délaisse, par un acte souverain, la gestion du pays à l'exécutif actuel !


Il n’est secret pour personne que notre pays traverse une période critique : les principaux indicateurs économiques et financiers sont au rouge. A cela s’ajoute l’instabilité politique de notre voisin du sud. Si on additionne  à ces deux facteurs défavorables une instabilité politique dans le pays, la Tunisie pourrait craindre le pire et le pire dans ce cas, l’effondrement de l’autorité de l’Etat. Aussi, je propose que la Constituante, par un acte patriotique de la part de tous les constituants, délaisse au profit de l’actuel exécutif la gestion du pays pour quelques mois, le temps que la Constituante prépare le texte de la Constitution à soumettre à référendum populaire.
Fort d'une réponse claire, massive et populaire le pays pourra organiser, après ce Référendum, dans les plus brefs délais (21 octobre prochain) et dans la sérénité, des élections législatives et  présidentielles, parées de légitimité et de transparence.
Ce processus de Référendum suivi d'élections s'inscrit dans la mouvance révolutionnaire du 14 janvier 2011 et met un terme définitif à toutes sortes de complots et conspirations internes et externes.