26/01/2012

Le Plan B : une urgence …


La stratégie du gouvernement a échoué et les conséquences sont terribles tant sur le plan sécuritaire qu’économique. Un plan B devra être mis en exécution dans les prochaines semaines si on veut éviter la catastrophe. Ce plan pourrait s’articuler selon quatre points:
1- mettre en place un gouvernement restreint de technocrates indépendants regroupant des compétences confirmées du pays dans tous les domaines et dirigé par un homme charismatique Comme Béji Caïd Essebsi ou Ahmed Ben Salah.
2- confier officiellement la sécurité du pays à l’institution militaire en attendant les résultats des prochaines élections législatives et présidentielles.
3- La Constituante devrait accélérer son rythme de l'élaboration et la rédaction de la Constitution et la soumettre à Référendum avant le mois de Mai prochain.
4- mettre en place le dispositif de préparation des prochaines élections et surtout le texte organisant le référendum sur la constitution.

Le tableau est sombre mais pas si noir. 
L'armée n’est pas usée, c’est une institution qui a prouvé son "républicanisme", elle doit jouer un rôle-clé pour accompagner la démocratisation du pays et surtout la non ingérence religieuse dans la vie politique. 
La Banque Centrale quant à elle a su intelligemment préserver son indépendance qui s’est traduite par l’absence d’interférence sur ses prises de décision. Elle a refusé de financer le déficit budgétaire par la création monétaire, ce qui a permis de stabiliser l’inflation à des niveaux raisonnables.
D’ailleurs et pour toutes ces raisons qu’il faut agir vite avant que ces deux institutions ne sombrent. 

Un locataire n’ayant pas payé son loyer du premier mois devra quitter rapidement les lieux... L’attentisme provoquera forcément l’effondrement de tout le système. Alors, aurions-nous le choix de faire autrement ? Non, absolument non.
Il n'y a pas deux honnêtes patriotes qui divergent sur le constat, l’inventaire et le diagnostic de la situation politique/économique et sécuritaire du pays. Nous sommes contraints de faire des propositions claires, cohérentes et crédibles pour influencer l’opinion publique, seule responsable de la suite à donner. Béji Caid Essebsi a bien compris la méthode en publiant  son communiqué de presse historique dénonçant fermement le flou/ l’immobilisme du pouvoir en place. 
Par ailleurs, il ne faut pas oublier que notre politique intérieure se fait à 90% à l’extérieur du pays en fonction des intérêts des puissances étrangères qui sont en train de façonner le Monde et surtout le Monde Arabe selon leurs intérêts stratégiques (domination israélienne du proche Orient et un fort pouvoir d’achat de l’Occident …). 
L’équation à résoudre nécessite beaucoup d’intelligence et du réalisme en faisant passer l’essentiel sur l’important et en adoptant la stratégie des étapes… Et Cela s’appelle du Bourguibisme.