21/02/2012

Attaques israéliennes ciblées contre l’Iran : mission impossible ?


Une attaque préventive d’Israël des quatre principaux sites nucléaires  iraniens – Natanz, Fordo, Arak et Ispahan nécessite de remplir trois conditions :
·   La route aérienne à choisir : quelle route à privilégier  pour frapper ? seule possibilité qui reste pour Israël est celle de la Jordanie-Arabie saoudite, celle traversant la Turquie n’est plus à l’ordre du jour, compte des tensions entre l’Etat sioniste et la Turquie. Le ciel irakien n’est plus possible surtout après le départ des américains de ce pays.
·  Les bombes à utiliser : Natanz est censé être 30 mètres sous terre et Fordo est construit dans une montagne. « les bombes américaines«bunker buster» (GBU28) pourraient endommager de tels objectifs mais on ne sait pas dans quelle mesure»
·   Type de bonbardiers : Israël devra utiliser au moins 100 avions et voler extrêmement bas (1.600 mètres) au-dessus l’espace aérien de pays hostiles si il décidait d’attaquer l’Iran.
Trois conditions difficiles à réunir ensemble : le parcours est trop long nécecitant un ravitaillement en l'air, les américains ne fourniront pas forcément leurs bombes à  Israël et voler à une basse altitude constiturait un risque énorme. 
A ce propos, l’ancien directeur de la CIA Michael Hayden, affirme pour sa part qu’Israël n’est pas capable de frapper l’Iran seule. La distance à parcourir et le nombre de cibles est trop important.