22/06/2012

Les actions urgentes de Nidaa tounès !



"Ce qui effraie dans les partis, ce n'est pas ce qu'ils disent, c'est ce qu'ils négligent ou refusent de dire."
Un parti politique est un groupe de personnes qui partagent les mêmes intérêts, les mêmes opinions, les mêmes idées, et qui s'associent dans une organisation ayant pour objectif de se faire élire, d'exercer le pouvoir et de mettre en œuvre un projet politique ou un programme commun. L'objectif de gouverner distingue les partis politiques d'autres organisations comme les syndicats.
Un parti politique est d’abord une énergie de réflexion et de proposition pour offrir de la matière aux dirigeants tant pour la mobilisation que pour la gestion des affaires du pays, une fois le parti au pouvoir. A titre de contribution pour le lancement du Nidaa tounès, nous proposons des actions urgentes afin de préparer le parti aux prochaines échéances électorales. Ces actions s’articulent autour de cinq (5) actions urgentes à mener dès que possible :

 (1)     mise en place d'un comité ad-hoc, hors du comité provisoire, pour rédiger le règlement intérieur du Parti . C’est une priorité des priorités. Sans ce règlement rien ne pourra se faire sérieusement au niveau du contenu et de l’organisation du parti. Confier la rédaction de ce document au comité provisoire, c’est le début de la dictature à l’intérieur du Parti !
(2)     BCE doit désigner rapidement ' chefs de groupe de réflexion sur les axes de reformes urgentes concernant l'avenir du pays :
a.  Groupe de réflexion sur le code électoral et l’Administration électorale, une proposition alternative à celle de la Troika,
b.  Groupe  de réflexion sur la décentralisation territoriale, sujet d'une grande importance pour la stabilisation politique et économique du pays.
c.  Groupe de réflexion sur les reformes urgentes au profit des caisses de retraite, sachant que ces deux caisses sont au bord de la faillite.
d.  Groupe de réflexion sur la Caisse de compensation. Cette caisse englouti aujourd'hui l'équivalent du budget d'investissement.
(3)    Une personne-ressource doit être désigné afin  réfléchir sur le système à mettre en place pour la formation de militants et cadres du parti.
(4)     Un Journal pour le Parti est un outil nécessaire pour le  rassemblement et la mobilisation  des militants et sympathisants de notre mouvement. C’est pourquoi, il faut rapidement lancer le journal Nidaa tounès dans les deux langues l’arabe et le français. Un comité ad-hoc pourrait réfléchir sur les modalités pratiques de mise en place de ce journal.
(5)     L’équipe provisoire de Nidaa tounès doit lancer un concours d'idées pour le logo du parti Nidaa tounès avec un cahier de charges précis. Ce concours serait ouvert aux étudiants et aux jeunes professionnels issus des écoles de dessin et arts, architecture, mode, et graphisme publicitaire. Le gagnant se verra remettre un prix de 1500 dinars tandis que le second recevra 1000 dinars. 

Pour finir, il est urgent d’abandonner la stratégie d’attaque des adversaires pour se consacrer et se concentrer exclusivement au rassemblement de notre famille bourguibienne, à la réflexion et à l’action utile.
Mustapha STAMBOULI