25/08/2012

BCE, les bourguibistes vous disent non à un mouvement "Nahdha light" …


 Nous avons appris hier 24 Août par l’intermédiaire de l’agence TAP que Nidaa Tounès compterait intégrer plusieurs formations politiques et des élus de mouvance  «islamiste modérée» dans ses rangs. L’information n’a pas été démentie par les officiels de ce mouvement.  Si cette information se confirme, c’est un mauvais départ pour Nidaa Tounès et une manœuvre cherchant à introduire un paramètre de division et de confusion auprès des militants, sympathisants et des tunisiens et des  tunisiennes en général.

Nous disons, sans détour et sans langue de bois, à Béji Caïd Essebsi, président fondateur de ce mouvement, qu’il doit s’écarter  des mauvaises influences qui cherchent à saboter notre mouvement par de telles initiatives. Ceux-là mêmes sont responsables de la situation du désordre politique actuel dans le pays.
Nidha Tounès ne doit pas être un "Nahdha light" pour draguer les islamistes modérés. Il   n’y a pas d’islamistes modérés, il n’y a que des islamistes tout court.
Certains observateurs avertis se demandent si ce n’est pas  manœuvre politique ? Laquelle? De notre point de vue et sachant que les bourguibistes et les ugttistes ne souhaitent pas de telles alliances avec les islamistes, ces provocations laissent croire qu'il a intention de transformer, par petites touches intentionnées, Nidaa Tounès en mega Ettakatol  et pousser les bourguibistes à s'organiser hors Nidaa Tounès et de renvoyer les ugttistes au Front populaire !
Notre mouvement refuse de se mettre sous le parapluie des puissances impérialistes et golfiques et qui est orienté vers l’indépendance d’une Nation tunisienne diversifiée mais homogène, unie et indivisible.
Pour la majorité des patriotes consultés, il y a une convergence de perception. Etre membre d’un Mouvement politique, signifie partager un idéal et une vision commune et un projet de société. C’est aussi croire aux objectifs à atteindre et aux moyens que l’on se donne pour les réaliser. La structure politique que l’on a crée caractérise et matérialise cet idéal.

La consolidation de notre bloc en un grand mouvement politique fort et solidaire sera un signal  à tous qui confirmera que le réformisme moderniste a des beaux jours devant lui et que les réformateurs n’ont pas perdu leur lucidité et leurs objectifs communs.
Cette union autour du Mouvement de Nidaa Tounès sera notre arme pour le combat d’émancipation que nous menons. Nous osons croire et compter sur la compréhension des uns et des autres afin de nous appuyer dans cette initiative.

Si Béji Caïd Essebsi persiste à orienter Nidaa Tounès vers un parti islamiste modéré, un "Nakba light" est son affaire et de sa responsabilité. Nous sommes en mesure de créer nous-mêmes, sans lui , un mouvement bourguibiste authentique, républicain, moderniste et démocrate et non une mosaïque sans âme.


Pour ceux qui me reprochent mes critiques à l’encontre de Nidaa Tounès, je dirai que en tant que bourguibiste et  croyant fermement et fermement à une Tunisie ouverte sur le monde avec un projet de société moderniste  consacrant l'égalité homme-femme, je refuse de me mettre à côté d'un islamiste dans un même parti politique. 

Rassembler, est bonne chose mais racler n'importe quoi cela devient un fourre-tout qui bloquerait la machine du parti. Ces islamistes modérés peuvent rejoindre Ennahdha une fois sont élus ! Faisons attention de la démagogie : un parti politique, est d'abord et avant tout un projet de société cohérent et des hommes et des femmes qui partagent le même idéal. Si je suis obligé de prendre ma plume pour attirer l'attention de BCE, c'est justement parce que Nidaa Tounès fait partie de moi-même et je suis l'initiateur de cette idée et vous le savez très bien ! S’il faut un remake de 2 mars 34, nous le ferons par conviction et non par esprit de division !

Persister à rassembler 90 % des tunisiens et tunisiennes c’est vouloir rééditer le PSD ou le RCD, autrement une nouvelle dictature, ce que nous refusons. Pourquoi vouloir intégrer tous les partis centristes à Nidaa Tounès ? Nous souhaitons  un front électoral pour mieux tenir compte  des particularités de chacun. Notre point de vue n’est pas forcément celui  d’un appareil se croyant maintenant puissant cherche la bipolarisation de la vie politique, un projet Nahdhaoui ! Pas d’excès, on risque de jouer le jeu de notre ennemi-adversaire sans le  vouloir ! 

MUSTAPHA STAMBOULI