18/08/2012

Si on ne fait rien, le wahhabisme, à doses homéopathiques, nous empoisonnera !


Six millions de tunisiennes, deux millions et demi de femmes en droit de voter  et avec des fortes chances, il y aura deux millions de femmes susceptibles de voter pour l’opposition républicaine et moderniste. Ces femmes sont inquiètes et déprimées et craignent le pire !
Maintenant, sommes-nous capables de mobiliser et convaincre ces deux millions de femmes d’aller voter. Sommes-nous prêts à nous mettre au travail, hors Facebook, pour expliquer à nos sœurs, nos mères et nos amies que l’avenir de la Tunisie est réellement menacé par le wahhabisme et ses salafistes  rétrogrades et obscurantistes qui veulent soustraire à la femme sa dignité pour en faire une propriété du père, du frère, du mari voire de l’oncle et du voisin. Ces obscurantistes cherchent à retirer la femme du travail puisqu’elle n’est que complément de l’homme. Ces fascistes légaliseront la polygamie et la femme deviendra un numéro : la première, la deuxième, la troisième, la quatrième. La femme ne sera plus autorisée à utiliser le transport en commun  puisque la mixité est haram. Dans le même registre, la femme seule sans être accompagnée par un mâle ne pourra plus utiliser les services d’un taxi, etc.
Savez-vous que les saoudiens semblent avoir trouvé  la solution miracle pour donner du travail à la femme musulmane: construire une ville industrielle réservée aux femmes ! C’est une innovation qui sera généralisée sur tous les territoires musulmans satellites du wahhabisme. Si on ne fait rien, cette mode nous touchera nous aussi.
Rappelez-vous des déclarations de Salwa al-Mutairi, une femme politique koweïtienne qui se dit favorable à l’esclavage sexuel pour empêcher les musulmans « décents, dévoués et virils » de succomber à la tentation de l’adultère ! Voilà comment nos frères et sœurs golfiques envisagent la vie des musulmans et musulmanes !
L’habit halal de la femme sera certainement codifié : il doit être ample, opaque, non parfumé, ne doit pas être attirant, etc. Tout autre habit non conforme aux exigences du Halal sera interdit et la contrevenante sera sanctionnée  par la  police  des bonnes mœurs.
Dans l’essai de Djamila Bouhabib « Les soldats d’Allah à l’assaut de l’Occident »  sorti en septembre 2011, l’auteure nous explique comment résister à ces obscurantistes : « S’il y a quelque chose que je retiens de mon expérience algérienne, c’est précisément de ne jamais céder à leurs demandes qui, de toute façon, sont bien plus politiques que religieuses. Les revendications politico-religieuses, d’où qu’elles viennent et quelles qu’elles soient, visent principalement à défendre une vision du monde totalement archaïque : raciste, sexiste, xénophobe et homophobe, en porte-à-faux avec les valeurs modernistes, et, par conséquent, elles n’ont aucunement leur place dans l’espace public.»
Oui, nous sommes condamnés à dénoncer les abus salafistes et à résister contre cette machine fasciste qui cherche à nous renvoyer aux siècles obscurs de l’exploitation de la femme avec son lot de violence physique et morale.
Sur le moyen et le long terme, la femme doit changer ses rapports avec ses enfants filles et garçons et instaurer une réelle égalité de traitement entre eux, c’est la clé du problème car, on ne nait pas macho-salafiste on le devient.  Ce travail de fond doit commencer dès maintenant et constituer un axe fondamental pour arriver à défaire le projet rétrograde du wahhabisme international.
Il est certain que ces islamistes ne pourront jamais supprimer le CSP ni changer les textes pour introduire des pratiques rétrogrades mais ils sont capables de nous imposer, par petites doses homéopathiques, des règles irréversibles conformes à leur doctrine obscurantiste qui transformeront notre vie à moyen et à long terme. L’école, les sujets d’examen seront utilisés à ces fins. Les médias, à travers les émissions diverses, prendront le relai de l’école pour poursuivre le matraquage ! Les affichages qui envahiront l’espace public avec des slogans partisans. Le tourisme halal sera introduit pour fermer la Tunisie aux tourismes européens par le biais de visa, l’imposition d’une taxe de séjour, harcèlement des touristes par la police des mœurs et tant d’autres méthodes répressives pour dissuader ces européens à visiter notre pays. En définitive, ils feront tout pour nous couper de l’Europe et de la modernité.

La vigilance est de mise ! Le 23 octobre prochain, date-limite de la légitimité électorale et fin de la seconde transition, le peuple tunisien doit sortir comme un seul homme ou plutôt comme une seule femme pour réclamer une nouvelle transition gérée, cette fois-ci, par la société civile et des personnalités indépendantes pour restaurer l’autorité de l’Etat, achever et finaliser la Constitution et la soumettre à référendum populaire et enfin préparer les prochaines élections qui doivent être justes, transparentes et équitables.
Mustapha STAMBOULI