16/01/2013

Contrat social : pacte de diversion et d’exclusion ?



«La Nation n'y trouve pas son compte. Les travailleurs et travailleuses non plus»

L’accord tripartite Gouvernement-UTICA-UGTT concernant le contrat social a été signé ce lundi 14 janvier au siège de l'Assemblée nationale constituante (ANC) au Bardo. Ce document comporte cinq principaux axes, à savoir :"la croissance économique et le développement régional", "les politiques de l'emploi et de la formation professionnelle", "les relations professionnelles et le travail décent", "la protection".


Les tunisiens et tunisiennes se demandent pourquoi le gouvernement a exclu du contrat social les autres partenaires sociaux comme l’UTT, la centrale agricole (ETAP),  la Confédération Générale Tunisienne du Travail (la CGTT) et  l’Association professionnelle des banques (l’APTBEF) et tant d’autres.

Comment l’UGTT s’autorise-t-elle à signer un tel accord sans connaitre la stratégie du gouvernement en matière de développement ? Cet accord est anachronique eu égard à la détérioration de l’économie tunisienne et des agrégats macroéconomiques du pays. Ce document ne peut être au plus qu’un préambule à un vrai Contrat Social. Que des généralités et des intentions avec un agenda flou de discussions sur des problèmes cruciaux comme la réforme des caisses de retraites (CNRPS, CNSS). Un document muet sur des questions essentielles comme la répartition des revenus de l’effort national, la lutte contre le chômage ou la pauvreté. Comment la masse laborieuse pourrait-elles accepter des gels de salaire avec une inflation régnante de plus de 5,5% par an. Tout laisse croire que ce document a été signé pour faire probablement plaisir au patron du Bureau international du travail (BIT) en visite en Tunisie couronnant plusieurs mois d’appui technique de l’organisation à la Tunisie. Comment le BIT accepte-t-il la mise à l’écart de plusieurs partenaires sociaux dans ce processus de dialogue social ? Le BIT serait-il sous influence ? Ismail Sahbani, secrétaire général de l’UTT, n’a-t-il pas  vivement dénoncé  ce « contrat social ? Pour ce dernier, ce pacte social serait même un pas en arrière, une grave atteinte à la démocratie et au pluralisme syndical.

Les salariés vont-ils obtenir une place dans les vrais organes de décision des entreprises ? Les salariés auront-ils des  droits institutionnels à la formation et à une meilleure  protection sociale ? La masse laborieuse a-t-elle le droit de remettre en cause un code de travail benaliste faisant des employés des esclaves des patrons ? Les patrons des entreprises vont-ils  partager des informations stratégiques avec les représentants des salariés ? A ces seules conditions, les employés peuvent accepter un contrat social contraignant.
Jbali comme Abassi savent-ils que le contrat social, au sens de Rousseau, établit des règles limitant les libertés au profit du vivre ensemble. Rousseau s'inspira en partie des idées de Montesquieu et des théories de Hobbes et Locke. Le Contrat Social est essentiel dans l'histoire des idées politiques : les révolutionnaires, comme Robespierre ou Saint-Just y trouveront des références pour mener leurs réformes sociales. De même, la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 y puise sa source et ses concepts. Ce contrat social post 14 janvier fait-il sens ?

Comment Abassi ose-t-il conclure un contrat social  de cette ampleur sans consulter sa base travailleuse ? A-t-il renoncé à l’action syndicale pour être accepté dans le cercle des politiciens ? Le Gouvernorat du Kef l’a dénoncé aujourd’hui en décidant d’organiser une grève générale, très bien suivie par les populations. Le Kef désavoue le chef et ce contrat social bidon qui n’engage que ses signataires.

Pourquoi Abassi s’est-il empressé de signer un tel document en catimini ? A-t-il reçu, en contrepartie, l’appui des islamistes pour être élu ou désigné  5ème président de la République ? Après sa conférence alibi de dialogue national octroyant une légitimité illimitée au pouvoir, Abassi confirme sa  loyauté à la majorité provisoire, ne l’oublions pas.

Personne ne comprend la tactique de l’UGTT. Nous assistons à une réelle cacophonie se traduisant par des discours et actions contradictoires.

L’UGTT perd ses repères idéologiques et tactiques  par faute de dirigeants charismatiques et visionnaires. L’Histoire ne se répète jamais sauf en se caricaturant selon Marx. Abassi ne sera jamais Achour. L’Histoire se construit à partir d’un combat réfléchi et juste et non de compromissions et de concessions. L’UGTT doit se consacrer à défendre la masse laborieuse –travailleurs-retraités et chômeurs inclus. La politique doit être du ressort du citoyen à travers la société civile et les partis politiques. Solidarnosc, fédération de syndicats polonais, restera une exception historique, non transposable par essence.

Comment la Centrale syndicale de Hached signe-t-elle un Contrat social sans l’adoption définitive de la Constitution ? A notre avis, nous considérons que ce document appelé « contrat social » est un mort-né sans l’organisation d’une conférence nationale souveraine établissant une feuille de route claire,  des objectifs consensuels et un agenda réaliste/contraignant pour mettre la Tunisie sur la bonne voie démocratique et révolutionnaire. Ce contrat  social doit faire partie d’un document plus général que nous pouvons appeler « pacte politique ».

Personne ne croit à ce contrat social mort-né. Aux signataires de ce pacte vide, je dis ceci : le Contrat social est une belle invention et un concept efficace pour protéger l’économie, la Nation et la République  des dérapages partisans d’où ils viennent. Cet outil est une chose sérieuse ne méritant pas d’être malmenée ainsi pour servir des agendas personnels ou  faire de la diversion en faveur de certains ou de  l’exclusion à l’égard d’autres.

Mustapha STAMBOULI