06/06/2013

Chaambi, tombeau de l’économie tunisienne…

Chaambi risque d’enterrer définitivement l’économie tunisienne et le dinar tunisien. Un complot en bonne et due forme contre l’appareil économique du pays afin provoquer d’ici 100 jours l’effondrement de notre pays. La solution n’est pas sécuritaire mais elle est politique. Vouloir prolonger à l’infini la transition, c’est participer à la destruction de l’Etat et probablement de la Nation. L’Institution militaire doit avoir une stratégie systémique et imposer, s’il le faut, à la classe politique un faisceau de solutions capables de nous sortir de ce guet-apens.

La Tunisie n’est ni l’Algérie ni la Syrie pour faire face à cette horde de voyous . Si la Tunisie n’agit pas aujourd’hui politiquement, c’est l’étranger qui viendra et s’installera pour toujours sous prétexte de nous sauver du terrorisme.


Par ailleurs, l’Algérie n’acceptera plus que les jihadistes-tekfiristes et le Mossad agissent le long de ses frontières avec la Tunisie surtout que la donne géopolitique a complètement changé suite à la spectaculaire victoire de l’Armée syrienne. La patience de l’Algérie a des limites. Notre voisin de l’Ouest ne comprend pas pourquoi les autorités provisoires de notre pays n’acceptent pas un coup de main efficace pour nettoyer le territoire tunisien de cette horde hors-la loi. Le désordre sécuritaire en Tunisie prépare-t-il le dernier épisode du printemps arabe en Algérie ? L’Etat sioniste cherche à déstabiliser l’Algérie pour favoriser l’installation d’un pouvoir perméable au projet sioniste en Afrique du Nord.



Le guet-apens de Chaambi n'est qu'un prétexte pour opérer des changements dans l'Etat Major de l'Institution militaire. Le limogeage du Général Ammar serait interprétée comme  une provocation inutile pouvant justifier de stopper net la transition et la mise en place d’une ultime transition afin d'éviter une  guerre civile certaine et une ingérence directe de l’étranger dans notre pays. Vouloir déstabiliser aujourd’hui l’institution militaire, c’est chercher à imploser l’Unité Nationale.

Le limogeage du Général Ammar n'est qu'un fantasme d'amateurs de la politique-fiction.  Ces derniers doivent savoir que l’Institution militaire est  inviolable et sacrée !


Mustapha STAMBOULI