02/03/2014

Lavrov, c’est Bouteflika par délégation …

Sergueï Lavrov, ministre russe des affaires étrangères, à Tunis à partir de demain 3 mars. Pourquoi cette visite inattendu alors que la Russie a d'autres chats à fouetter  en l’Ukraine et ailleurs ? Tout laisse croire que des évènements majeurs se préparent dans la région du Maghreb et plus spécifiquement en Libye afin d’installer un régime pro américain dans ce pays frère. Une fois la Libye libérée et acquise, la déstabilisation de l’Egypte devient possible par le biais de GAZA et de la frontière Est libyenne. La prise en main de la Libye et éventuellement de l’Egypte relance sérieusement la conquête de l’Algérie surtout que la contestation commence à prendre de l’ampleur dans ce pays suite à l’annonce de la candidature de Boutef pour un 4ème mandat présidentiel. Donc, Lavrov compte mettre en demeure diplomatiquement les autorités tunisiennes  contre toute implication dans le scénario belliqueux. Comment notre tartour compte-t-il gérer cette question si délicate ? Un refus de la Tunisie officielle  pourrait inciter notre voisin de l’Est à prendre des mesures  de rétorsion contre notre pays en laissant notre frontière Est libre sans contrôle du côté algérien. Le risque est réel pour notre sécurité car les forces du mal jihadistes attendent ce moment depuis longtemps pour déstabiliser l’Etat tunisien et la République. La Tunisie n’a aucun intérêt à fâcher Boutef car ce dernier est capable à nous donner une bonne correction pouvant imploser la Tunisie. 

Mustapha STAMBOULI