15/03/2015

L’urgence de la résistance populaire et du refus de la soumission …

Notre pays est menacé d’une nouvelle colonisation. Cette fois-ci, c’est le couple diabolique américano-sioniste qui cherche à faire des tunisiens et des tunisiennes des citoyens de second ordre. Notre classe politique a trahi et elle est sur le point de remettre le pays au parti islamiste afin qu’il termine sa mission de vente de gré à gré de la Tunisie aux capitaux mafieux internationaux.

Les visites de SOROS, Madeleine Albright, ancien Secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères américaines et  Penny Pritzker, Secrétaire américain au Commerce à Tunis dans le cadre de la Conférence sur l'investissement et l'entrepreneuriat du 5 mars dernier dit long sur les intentions du lobby américano-sioniste qui voudrait s’emparer de la Tunisie  et en faire de notre pays une plateforme logistique et une base militaire pour les futures opérations américaines en Afrique.


Ce qui s’est passé hier chez les « appelistes » préparent-ils les conditions objectives pour faire tomber le gouvernement Essid ? En effet, Le fiston n’a agi que sur ordre du père afin de défaire le parti pour permettre la mise en place du scénario du retour des islamistes au pouvoir.

Tout porte à croire que l’unique ministre islamiste au gouvernement Lion serait le patron de la Kasbah dans quelques semaines. Ce passage est nécessaire pour imposer plus tard une autre transition et une autre stratégie.

Nidaa Tounès est de facto un parti virtuel et complètement déconnecté du réel surtout du réel local. Les personnes ayant participé hier au soi-disant conseil national du parti ne représentent qu’eux-mêmes. Avec tous ces bricolages honteux, il ne reste à la base que de prendre l’initiative et chasser tous ces opportunistes. J’en appelle à tous ceux ont milité localement pour que Nidaa Tounès soit vainqueur lors des dernières élections législatives et présidentielles à s’organiser localement pour préparer des élections transparentes afin d’élire les représentants locaux et régionaux. Il serait aisé par la suite, compte tenu de la légitimité acquise, de préparer un congrès des élus locaux et régionaux en vue de désigner les organes du parti et de son président. Ce Congrès de la "transparence et de la Résistance" doit tracer le contour de la stratégie du parti et de désigner ses alliés.

Sans cette initiative, Nidaa Tounès serait cliniquement mort et son certificat de décès ne tarderait pas d’être établi.

L’héritier de Nidaa Tounnès ne peut être qu’un mouvement de résistance populaire pour sauver notre pays de l’abime et les tunisiens de l’esclavagisme moderne. Notre souveraineté est menacée et seule la résistance sous toutes ses formes peut éviter la catastrophe. Il n’est pas trop tard pour agir.

La Tunisie a échoué sur tous les plans. La stratégie adoptée jusqu’à ce jour est complètement erronée pouvant somaliser notre pays dans quelques années si nous continuons sur cette lancée. Il faut une autre stratégie de gouvernance qui donne tous les pouvoirs au peuple tunisien à travers la démocratie directe et la décentralisation intégrale. La mafia a avalé l’Etat central et presque tous les partis influents à travers l’argent sale. Il nous faudra une autre Constitution qui accordera au peuple tous les pouvoirs et préserverait nos richesses et surtout notre souveraineté. On doit identifier les hommes et les femmes qui sont capables de donner sans rien exiger et qui osent reformer l’Etat tunisien et surtout chasser les fossoyeurs de la République. « Oubliez vos soucis et osez, maintenant » ! Chasons cette classe politique, Terminator de la Tunisie ...


Mustapha STAMBOULI


Enregistrer un commentaire