10/01/2014

Après ZABA, forcément MEJO !

La désignation à la hussarde par le « Dialogue National » de MEJO pour occuper les fonctions de Chef de gouvernement nous rappelle étrangement l’installation de ZABA à Carthage par un certificat médical magouillé.  Deux méthodes pas très orthodoxes !

ZABA  placé au sommet de l’Etat suite à un coup d’Etat médical, MEJO quant à lui, investi par un process  « hiwariste».  MEJO comme  ZABA a la cinquantaine au moment du fait : jeune et beau en comparaison avec les  vieux de 87 et de 2013 ! En 1987,  l’Occident avait besoin de  sécurité dans sa zone d’influence, aujourd’hui,  d’énergie surtout solaire pour ses usines et ses Métropoles. Deux cheminements en apparence dissemblables mais  qui démontrent l’identité de  l’objectif et de la stratégie : imposer diplomatiquement un homme aux plus hautes fonctions techniques pour bien maitriser les dossiers, le parachuter par la suite Premier ministre –passage obligatoire pour ZABA pour avoir les rênes du pouvoir, MEJO, pour mettre en œuvre la feuille de route du commanditaire. La Kasbah lui offre tous les pouvoirs puisqu’il deviendra Chef du gouvernement avec toutes les prérogatives de la fonction sans aucun contrôle - donc un autocrate désigné.

ZABA a été formé, formaté par les services secrets occidentaux pour faire de lui un homme efficace dans la sécurité militaire et civile. MEJO, quant à lui, a été mis à niveau par les multinationales de l’énergie pour faire de lui un grand connaisseur des énergies surtout non conventionnelles.

N’oublions pas qu’une grande partie de  la classe politique avait soutenu ZABA après son coup d’Etat et son installation à Carthage. Il n’est pas inutile non plus de rappeler les déclarations des uns et des autres. Le gourou islamiste n’avait-t-il pas dit aux dires du Tartour : « J’ai confiance en Allah et en Ben Ali ». Et Tartour lui-même : « Le climat politique qui règne en Tunisie est fondamentalement différent  de celui qui prévalait jusqu’au 6 novembre 87. C’est un climat empreint de détente et du sentiment qu’un lourd fardeau a disparu. Le changement intervenu depuis est vécu dans la liesse … ». Comment deux hommes ayant des responsabilités politiques et civiles dans l’opposition pouvaient-ils soutenir publiquement un homme des services secrets étrangers comme ZABA ?

26 ans après, le même phénomène se reproduit lors de la désignation de MEJO à la primature : "Enfin la fumée blanche: Jomâa -plébiscité- chef du gouvernement", titrait le journal Le Temps. "Enfin le Mehdi attendu est venu", titre de son côté le journal Attounsia. Au-delà du ridicule et des références empruntées  à divers monothéismes, (union sacrée)  …, l’establishment et ses relais médiatiques thuriféraires n’ont guère évolué depuis le ras-le-bol populaire.

Ceci côté cour, regardons côté jardin !

Que peut faire un gouvernement dont le plan d’action est balisé par : i- une loi de finances truffée  de pièges et de bombes à retardement, ii- une feuille de route trop exigeante élaborée par le dialogue national, iii- un cadrage macro-économique strict établi par le FMI & Cie ? Comment Mehdi Jomaa compte-t-il  réviser cette maudite loi de finances sachant que la Constituante ne sera pas trop accommodante surtout si la Constitution est approuvée par voie de vote interne sans passer par le référendum ? Non, l’objectif de la désignation de  MEJO à la primature n’est qu’un stratagème  pour offrir à ce dernier l’occasion de se faire connaitre au grand public et se préparer pour le prochain mandat  en tant que Chef de gouvernement à part entière ou président de la Eépublique en utilsant un processus de désignation similaire. Un contrat à durée limitée débouche forcément sur CDI !

La phase actuelle, profondément politique, suppose un homme ou une femme très expérimenté (e) politiquement. Or que lit-on sur le cv de Joma ? Des performances techniques dans la mécanique ! Le politique se résume à un passage dans le gouvernement dégagé sous la pression populaire et à une rencontre fortuite avec le sixième Calife ! De qui se moque-t-on ? Le peuple accepte le départ des islamistes mais il n’a pas encore dit son dernier mot sur cette mascarade de nomination bénie par l’ambassadeur d'’Allemagne et la Communauté Européenne.

En définitive, cette mascarade émanant du faux pouvoir nous met tous mal à l'aise… Comment Mehdi Jomaa accepte-t-il d’être introduit chez tartour par le gourou ? Ali Laarayedh a démissionné parce que le peuple s’est révolté contre sa politique et sa loi de finances : une autre fuite sans exil et sans honneur. Jomma aurait dû conditionner son acceptation de la responsabilité à la mise à bas de cette loi par la « deconstituante. Rien ne va arrêter le peuple dans sa contestation tant que ce minable « traité d’oppression» ne sera pas  aboli.

Mustapha STAMBOULI