11/11/2013

Tunisie en faillite : non à la gérontocratie, place aux plus jeunes !

Les trois pays arabo-africains du printemps arabe ont raté leur mutation démocratique tant attendue. Explication principale : ces révoltes légitimes ont été détournées par  les sionistes pour imploser la région arabe en minuscules Etats incapables de concurrencer ou nuire à  Israël:

(1) L’Egypte : après une gestion calamiteuse et un échec cuisant du pouvoir islamiste, la rue a opté pour un changement radical et a installé un gouvernement boosté par les militaires pour redonner à l’Etat les moyens de sauver l’intégrité territoriale du pays et la République et ses acquis. Quelques soient les critiques sur la méthode, le changement forcé s’avère salutaire en comparaison avec le marasme installé par les Frères musulmans.

(2) La Libye : Nul n’est surpris par son chaos sécuritaire. Le peu d’Etat de l’Ere Kadafienne a disparu après le départ précipité des Forces lâches de l’OTAN. Nous affirmons que la Libye est devenue un second Irak dans la partie occidentale du Monde Arabe. Cette seconde articulation et plateforme de déstabilisation régionale aurait pour objectif de justifier dans le futur des opérations militaires en Libye-même et certainement en Afrique du Nord, l’Algérie en particulier. Notre voisin du Sud a de fortes chances d’être balkanisée dans le cadre de sa future pacification imposée.

(3) La Tunisie : ratage de toutes ses transitions, faits dont  la classe politique entière est responsable. La décision politique tunisienne n’appartient plus aux «tunisiens». Américains, Français et Allemands se déchirent pour imposer un régime favorable à leurs diktats. Si la Tunisie n’arrive pas à trouver sa «solution», pourtant si simple, c’est parce que la question du «printemps algérien» n’est pas encore tranchée …
L’absence de consensus sur toute les questions intérieures et extérieures pourrait imploser notre pays et aboutira in fine à une révolte-Jacquerie semant le chaos et invitant des forces étrangères à «stabiliser» la Tunisie. Le scénario malien revisité est à l’ordre du jour. Les visites des officiels tunisiens en France confirment cette éventualité. La France n’accepterait pas que notre pays, si proche de l’Europe, se transforme en une «station» de formation de terroristes-jihadites. Cette probable intervention aurait un prix : une colonisation déguisée. La Tunisie risquerait de se transformer en zone  offshore où le capital étranger deviendrait roi. Un dinar dévalué de 50 à 80%, une main-d’œuvre bon marché (100 $ le smig) – moins chère que la main-d’œuvre asiatique ou indienne. Le coût de notre errance durant 3 ans, trop élevé, sera refusé par le peuple. Seul un régime  néo-facho-dictatorial pourrait faire face à cette situation néocoloniale.
Triste et douloureux bilan du printemps arabe : une destruction systémique des acquis et le retour à la case-départ.

L’Egypte, malgré les apparences, ne retrouverait plus des conditions favorables pour résoudre ses problèmes économico-politiques et sécuritaires tant que la question palestinienne demeure. Au bout du compte, il est fort probable que le pays de Nasser se « soudanisera» pour affaiblir définitivement l’Egypte et permettre de créer un foyer sûr pour les Coptes d'Egypte menacés par la horde jihadiste.

La Libye est prête pour être sous mandat onusien, le temps de pomper pétrole, gaz et autres minéraux utiles pour l’industrie occidentale.

Allons-nous accepter ce scénario catastrophe qui transformerait l’africain du Nord en esclave des temps modernes ?

Potentiellement, la Tunisie est en mesure de faire avorter ce complot diabolique si sa veille génération accepte de rentrer chez-elle et d’y rester et de laisser moins vieux et jeunes gérer la «Maison Tunisie».
Notre pays constitue le verrou de l’Afrique du Nord pouvant résoudre le problème libyen avec l’appui de l’Algérie et de l’Egypte. La Tunisie devra peser rapidement sur le processus de pacification et de réconciliation en Libye, condition primordiale de la stabilisation de notre propre pays. La Tunisie pourrait être à même de pousser les libyens vers une solution pérenne qui préserverait les intérêts du peuple libyen et ceux de leurs voisins.

La Tunisie a besoin d’un exécutif fort, appuyé par l’ensemble des Forces vives de la Nation afin de prendre toutes les décisions pouvant remettre le pays sur la bonne voie. Cet exécutif nécessite impérativement une plateforme consensuelle sur les principales problématiques du pays. Seule une Conférence nationale souveraine, en lieu et place du dialogue-palabre national peut la lui offrir. La désignation d’un chef de gouvernement  ne constitue que la partie visible de l’iceberg. La sécurité, le mode de gouvernance à installer pour pallier à la défaillance du centralisme sont des thèmes méritant un cadrage clair afin d’éviter  perte de temps et une instabilité dangereuse pour l’unité nationale.  Cette conférence Nationale Souveraine (CNS) serait la nouvelle et l’unique légitimité légale. Que l’Assemblée Constituante fasse un geste patriotique et cède son pouvoir à la CNS afin que cette dernière puisse  redresser le pays sur une nouvelle base prenant en compte les expériences du passé lointain et proche.

Un exécutif compétent soutenu par toutes les forces politiques et sociales pourrait créer la surprise sur le plan régional. Il serait capable de rapprocher les points de vue algéro-marocains et insérer l’Egypte dans le giron maghrébin, l’une des  conditions pour pacifier la Libye et y favoriser la consolidation  de la nation et d’une administration. Une Libye stable aiderait à relancer la coopération libyo-maghrébine et pérenniser les échanges.

Laisser Israël, par le biais de l’OTAN ou d’autres puissances de nuisance, redessiner la nouvelle carte politique de la région arabe est un scandale historique, une lâcheté sans limite, une trahison impardonnable.
L’Afrique du Nord, de l’Egypte à la Mauritanie a besoin d’une Tunisie stable, forte et clairvoyante pour éviter le chaos, le malheur dans la région. Notre classe politique doit comprendre cette évidence. Elle doit céder le pouvoir par des mécanismes transparents à la génération  post-indépendance.

Selon nous, aucune classe politique n’a survécu à une faillite-banqueroute. La catastrophe à venir doit balayer à jamais dans le discours et les actes tous les gourous de la classe politique et nous obliger à trouver dans l’urgence la feuille de route la plus opportune vu les circonstances gravissimes. Faute  de quoi, le peuple tunisien pourrait opter, dans un proche avenir -la loi de finances anachronique/irréfléchie aidant- pour la désobéissance civile, arme à double tranchant. Cette nouvelle donne acculerait le pouvoir et l’opposition à revoir toute la stratégie de transition démocratique avec le risque de précipiter la banqueroute de la Tunisie. Nous devons faire l’économie de cette confrontation dangereuse dont les conséquences imprévisibles fourniraient à l’ancien régime et autres forces du mal le bon prétexte d’un retour au  pouvoir - au profit des mafias de tout genre.

Une évaluation objective des actions prises durant les trois dernières années s’impose pour ne plus reproduire les mêmes erreurs. Vouloir coûte que coûte réaliser des élections médiocres sur des bases fausses dans le but d’installer une légitimité fragile, (quoiqu’on dise),  provoquera fatalement un  mécontentement général accompagné d’une déstabilisation  systémique.

En préalable à des élections, il faudrait définir le type de gouvernance à installer – le centralisme a fait faillite en Tunisie. Seul le renforcement progressif du pouvoir des communes pour aboutir in fine au pouvoir local constituerait un cadre novateur pour résoudre l’équation tunisienne en ouvrant des perspectives par l’implication des citoyens et citoyennes. Optons résolument pour une démocratie participative et citoyenne. Que la Tunisie soit une fois de plus à l’avant-garde !

Organiser des élections sans un nouveau recensement général équivaut à une manipulation abjecte sachant qu’une proportion importante de la population des zones de l’intérieur s’est déplacée vers les villes du Littoral. Comment les citoyens de certaines villes du Littoral accepteraient-ils que leurs représentants-tes à tous les niveaux (au parlement et aux conseils municipaux) ne soient pas originaires de leurs villes ? Le risque est réel… Le code électoral et l’établissement des listes de la masse électorale doivent tenir compte de cette situation fort sensible afin d’éviter une représentation truquée avec comme corollaire des affrontements post-électoraux.

A notre avis et en tenant compte de ce qui précède, des élections justes pourraient se tenir d’ici 3/4 ans, le temps d’effectuer correctement le recensement général des populations, l’organisation de la  Conférence Nationale Souveraine et de ses Etats généraux sur les questions-clés (rédaction de la Constitution, décentralisation du pouvoir, Caisse de compensation, éducation nationale, bases d’un nouveau schéma national d’aménagement du territoire, etc.)

Les femmes et les hommes compétents, patriotes, capables de redresser le pays sur une base démocratique ne manquent pas ! Les vieux routards de la politique tunisienne doivent comprendre cette donnée essentielle, sinon, la loi devrait écarter ces gens assoiffés de pouvoir et des avantages inhérents. Une consultation populaire sous la forme d’un référendum pourrait régler cette question. Nous considérons que l’âge limite pour postuler un mandat politique doit être fixé à 70 ans. Le peuple tunisien est fatigué d’attendre et de voir les mêmes têtes avec les mêmes divagations idéologiques depuis plus de 50 ans. Basta …

Mustapha STAMBOULI