13/04/2013

Marzouki, l’inconscient suprême, peut-il diriger un pays ?


Chadly Ayari écarté de la cérémonie de délivrance du chèque de 28.8 millions de dollars à la présidence de la République en provenance du compte de Leila Trabelsi, épouse ZABA. Pourquoi Marzouki a-t-il besoin d’humilier le gouverneur la BCT ? Ses origines RCDistes sont-ils pour quelques choses ? 

Cette humiliation annonce-t-elle la fin de la lune de miel  entre la Marzouki et Chadly Ayari ? Cet acte, certainement mûrement réfléchi, annonce-t-il le limogeage de Chadly Ayari ?

Cette « sortie » médiatique d’Ayari peut être interprétée aussi  comme un ras-le-bol de ce dernier eu égard aux grandes difficultés rencontrées par la BCT pour éviter la banqueroute du pays. Ce stress extrême a été récompensé par une négligence du rôle de BCT, chose inacceptable de l’avis de l’ancien ministre du gouvernement Nouira. Les conséquences de ce coup  médiatique d’Ayari sont immenses et nous autorisent à dire que rien ne va plus en Marzouki et la BCT. Le bras de fer entre Marzouki et 

Ayari favorise-t-il le retrait de confiance au président de la République en relation avec l’affaire de  « potencesgate » 
Les provocations gratuites au plus haut niveau de l'Etat portent atteinte à la République et au bon fonctionnement des institutions de l’Etat. Cette affaire de chèque de Leila est une faute grave, volontaire  de Marzouki.

Il est certain que toute la classe politique tunisienne est unanime face au nouveau dérapage du président. La motion de censure contre Marzouki à propos de « potencesgate » serait-elle boosté par l’affaire « Leilagate ».

Depuis son accession au palais de Carthage, Moncef Marzouki collectionne les fautes. Cette attitude traduit une perte de repères et de valeurs républicaines de la part du président de la République provisoire. Comment peut-on ignorer les efforts déployés par BCT pour récupérer les fonds de ZABA à l’étranger ? Marzouki n’est nullement concerné par ce chèque de 28,8 Millions de dollars saisis à Leila Ben Ali. Seule la BCT est habilitée à recevoir un chèque libellé en son nom. Pourquoi Marzouki a-t-il mis en valeur le rôle du Qatar dans cette affaire sachant que  l’ONU avait fait l’essentiel en collaboration avec le gouvernement libanais et la Banque Centrale Tunisienne. Pourquoi cet homme menace-t-il les tunisiens et tunisiennes  qui critiquent le minuscule  Qatar!

Trop c’est trop ! Un président ne maitrisant pas ses dossiers doit démissionner avant qu’il soit dégagé. Comment peut-on expliquer une telle cacophonie au plus haut niveau de l'Etat ? 

Alors, arrêtons les frais et mettons de côté ce président provisoire qui n’arrive pas à honorer la fonction présidentielle.

Il est temps de désigner un homme ou une femme responsable à la tête de la Tunisie.

Mustapha STAMBOULI