27/10/2012

Statut de partenaire privilégié de l’UE : le 19 Novembre 2012 ne serait-il pas un 12 Mai 1881 !


Nous apprenons par le biais d’une communication officielle du Ministère des Affaires étrangères  que la Tunisie accèdera au statut de partenaire privilégié de l'union européenne. Cet accord sera concrétisé le 19 novembre prochain.

Le statut avancé de l’Union Européenne, formule séduisante et fort intéressante, est accordé normalement aux  pays  voisins de l’Europe ayant réussit leur mise à niveau dans tous les domaines, et plus particulièrement dans le système de gouvernance, la démocratie et le respect des droits fondamentaux, la politique sociale ou encore l'économie de marché. Est-ce le cas de la Tunisie d’aujourd’hui ? Je ne le crois pas ! Alors pourquoi l’Europe se presse-telle de nous accorder un tel privilège ?


La Tunisie est-elle prête pour un tel rapprochement ? Avons-nous un  plan d'action définissant les  priorités et les mesures à prendre pour aller vers cette convergence qui pourrait intéresser   des  domaines comme l'industrie, l’agriculture, les finances ou encore l'éducation ? Encore une fois, je ne le crois pas !

A priori, lier notre économie et notre mode de vie à ceux l’Europe n’est pas forcément une mauvaise stratégie. Cependant le timing est mal choisi car notre pays est complètement déstabilisé voire dévasté et notre appareil de production est sous le choc depuis presque deux ans. L’Europe accorde à notre pays le  statut de partenariat privilégié à un moment où la Tunisie ne remplit plus les conditions et les préalables d’un tel statut surtout en matière de libertés et de démocratie. Pourquoi cette Europe frileuse trouve-elle aujourd’hui le courage  de nous octroyer un tel avantage empoisonné ? Tout simplement, le moment est opportun pour les européens, car la Tunisie, en l'état actuel des choses, ne menace nullement l’industrie européenne. Qui peut oser délocaliser et venir s’installer dans notre pays eu égard à l’insécurité régnante où toutes les mafias sont à l’œuvre. Encore une fois, l’Europe nous joue un sale coup et cherche à nous avaler avant que le dragon israélien ne s’installe définitivement chez nous et chez notre voisin du Sud. Une compétition euro-israélienne où tous les coups sont permis.

Ceci nous rappelle étrangement et tristement les évènements du mois de décembre 2010 quand une puissance étrangère, bien sur européenne, a aidé massivement le « déboulonnage » de ZABA avant que les auteurs du projet Grand Moyen-Orient (PGMO) « version 2 »  ne mettent en exécution leur projet de mise sous-tutelle de la région arabe. Tentative ratée de cette puissance européenne, car les concepteurs du PGMO sont plus efficaces,  plus puissants et surtout plus rapides. D’où le déclenchement à grande échelle, et avant terme, de l’opération « mise sous-tutelle de la région arabe » et curieusement avec la complicité de cette petite puissance européenne !

Ce n’est pas le 16 décembre mais le 19 novembre 2012 que l’Europe tentera  de sauver ce qui peut l’être. Cette décision hâtive d’accorder le statut de partenariat privilégié pour la Tunisie ne serait-elle pas un test à «échelle réelle» afin d’évaluer les intentions et le degré de détermination de l’Etat sioniste pour réaliser son projet PGMO, version économique ? L’Europe tente désespérément de ramener la Tunisie dans son giron quitte à la ruiner définitivement en mettant en exécution un tel projet à ce moment précis.

La Tunisie court un risque énorme en acceptant ce cadeau empoisonné, lequel entrainera nos balances extérieures au rouge depuis longtemps dans une descente aux Enfers incontrôlable et irréversible. Notre système bancaire pourrait tout simplement imploser. L’Union européenne exigera certainement à court terme l’open sky  qui achèvera  nos compagnies aériennes et plus particulièrement Tunisair.

Sachant les impacts négatifs voire néfastes, pourquoi ce pouvoir provisoire tente-il une opération suicidaire ? Signer un tel accord donnera-t-il plus de légitimité à ce pouvoir en grande difficulté ? Comment l’opposition se positionne-t-elle par rapport à cet accord à ce moment précis ? L’ugtt et  l’utica  savent-elles que ce statut nuira aussi bien à nos entreprises qu'à la masse laborieuse ? Ces organisations doivent formuler immédiatement et sans délai un positionnement clair et sans ambigüité avant que  le « mariage » ne soit consommé !

Pour notre part, nous ne voyons aucune objection de principe à signer un accord de partenariat avancé avec l’Union Européenne. Cependant, le contenu et les dispositions d’un tel accord devraient être négociés par le prochain gouvernement non provisoire. Il est hasardeux de passer à l’exécution d’une telle entente immédiatement car c’est un raccourci vers la faillite et la banqueroute pour la Tunisie. Pour passer son projet, l’Europe nous proposera des lignes de crédits multiples, manière de nous imposer un protectorat. Le 19 novembre 2012 prépare-il un autre 12 mai 1881 !

Thomas Sankara, l’icône de la lutte contre la dette  n’avait-t-il pas déclaré à  Addis Abeba le 29 juillet 1987, lors de la vingt-cinquième conférence du sommet des pays membres de l’OUA que  «La dette, sous sa forme actuelle, qu’on connaît dominée par l’impérialisme, est une reconquête savamment organisée pour que l’Afrique, sa croissance, son développement, obéisse à des paliers, à des normes qui nous sont totalement étrangers, faisant en sorte que chacun de nous devienne l’esclave financier, c’est-à-dire l’esclave tout court de ceux qui ont eu l’opportunité, la ruse, la fourberie de placer des fonds chez nous avec l’obligation de rembourser ».

Lire aussi à ce sujet une analyse complémentaire interpellant le pouvoir sous le titre "UE-Tunisie - Aleca ! Pourquoi ce silence mortel de l'opposition ?
Mustapha STAMBOULI