03/07/2013

La rébellion populaire : une fatalité !

Que peut-on attendre après la réussite éclatante de la Révolution Egyptienne ? Allons-nous vers un effet domino après le départ de Morsi ? Qui détient en réalité les ficelles de ce Mouvement Tamarrod ? 

L’Occident est-il dans le coup ou comment cherche-t-il à influencer ce mouvement ? L’Occident est-il capable de comprendre que les peuples de la région arabe refusent toute ingérence dans leurs affaires ?

L’Occident est mis à nu avec cette Révolution Egyptienne. Les arabes ne sont pas tous des islamistes-terroristes. Les revendications de Tamarrod sont des revendications universelles : liberté, dignité, fierté, démocratie  directe. Pour toutes ces raisons Tamarrod est une révolution universelle !

Tout est fini pour les islamistes obscurantistes  à travers la région arabe. Ils étaient des imbéciles d’avoir accepté la prise de pouvoir par falsification multiforme et massive. Si par malheur ils optent par la violence pour rester au pouvoir, ils auront devant eux le monde entier. Ils seront chassés comme des malpropres.

La Réussite du Mouvement Tamarrod en Egypte s’explique par la présence d’un Sissi, d’un Baradai et d’une cible  bien identifiée en la personne du président Morsi, chef de l’exécutif.

Le cas tunisien est tout à fait différent :
i-      la cible est diffuse- un président tartour démobilise, un chef de gouvernement effacé et évasif ne constitue pas un adversaire à combattre , 
ii-  le Baradai tunisien n’existe pas pour le moment- BCE a perdu son aura par son acharnement pour s’installer à Carthage et sa stratégie de marginalisation des saheliens dans son parti,
iii-   la grande inconnue reste le Sissi tunisien. Il est difficile de se prononcer sur cette question mais tout laisse à croire que l’institution militaire dispose d’une popularité immense et qu’elle pourra jouer un rôle décisif si le mouvement tamorrod  s’impose.

Il est clair que la Révolution Tunisienne aura lieu car les conditions objectives sont là :

 i- une situation économique catastrophique et que la banqueroute est à l’ordre du jour,
 ii- l’incompétence du pouvoir est une réalité vécue au quotidien – pas de Constitution, pas d’agenda clair. On vit au jour le jour avec les arrivistes de la constituante,
 iii- le projet de constitution est miné par des dispositions dangereuses comme l’article 5 et l’article 141. Le premier reconnait l’apostasie et la liberté de conscience, la seconde pose les jalons de l’islamisation de la Tunisie. Deux articles qui versent dans une stratégie de la division et l’éclatement de l’unité nationale.

Le mouvement Tamarrod doit cibler des sujets-clés pour mobiliser – le projet de Constitution pourrait être le détonateur utile pour déclencher cette révolution tant souhaitée. Tamarrod doit sortir une personnalité-icône pouvant symboliser le changement générationnelle et des nouveaux modes de gouvernance. 

Mustapha STAMBOULI